Nous sommes le 24 Sep 2017, 19:38

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]




Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 
Auteur Message
MessagePosté: 12 Sep 2017, 21:47 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 19 Mar 2009, 02:53
Messages: 2191
Localisation: Mably (canal de Roanne à Digoin)
Savez-vous qu'il y eut des projets de canal de la Saône à la Loire par les monts du Beaujolais, empruntant les vallées de l'Azergues et du Rhins ? En lisant ceci : http://projetbabel.org/fluvial/rica_centre-canal.htm#canalLyon vous en saurez quasiment autant que moi.
Mais peut-être avez-vous des documents qui parlent de ce projet ? Si oui, ça m'intéresse !

_________________
Certains requins m'ont dit
"On va pas te manger.
Mais travaille ton crawl,
Ce sera plus prudent !"
Splaouch !


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 18 Sep 2017, 00:02 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 19 Mar 2009, 02:53
Messages: 2191
Localisation: Mably (canal de Roanne à Digoin)
Eh ben on ne peut pas dire que ça vous inspire !!!

_________________
Certains requins m'ont dit
"On va pas te manger.
Mais travaille ton crawl,
Ce sera plus prudent !"
Splaouch !


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 18 Sep 2017, 08:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 05 Sep 2017, 12:44
Messages: 18
Localisation: 69 Albigny sur Saône
Blue_Berry a écrit:
Eh ben on ne peut pas dire que ça vous inspire !!!


Désolé l'ami, mais à cette époque, mes aïeux ne savaient ni lire ni écrire, donc je n'est rien dans mes archives. :sad:
Et comme ils étaient établis au fin fond du pays Gallo, Le Beaujolais c'était loin pour eux. Par contre, La transmission oral m'en a appris beaucoup sur le canal d'ille et Rance entre Rennes et Dinan. ;-)

_________________
Retraité, je n'ai pas le temps, mais je prends le temps... :grin:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 18 Sep 2017, 11:18 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 19 Mar 2009, 02:53
Messages: 2191
Localisation: Mably (canal de Roanne à Digoin)
Merci Momo. Donc si je sèche sur le canal d'Ille et Rance je ferai appel à tes souvenirs. Mais tu peux d'ores et déjà aller voir là : http://projetbabel.org/fluvial/rica_ille-rance-canal.htm et me faire part de tes remarques, compléments d'information et corrections éventuelles.

Mon appel à doc sur le canal du Beaujolais (rien que le nom fait rêver :grin: ) reste valable.

_________________
Certains requins m'ont dit
"On va pas te manger.
Mais travaille ton crawl,
Ce sera plus prudent !"
Splaouch !


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 18 Sep 2017, 22:59 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 19 Juin 2012, 18:55
Messages: 444
Localisation: Cergy (95)
C'est à dire qu'il n'y a pas pléthore de documentation sur le sujet :)
et puis, j'ai été embêté avec une différence dans l'orthographe d'un nom... Tu évoques le Rhins dans un texte de 1737 mais je trouvais le Rahins en 1829... Comme je suis inculte sur cette région, je ne savais pas s'il s'agissait une évolution du nom, ou d'autre chose.

Mes consultations habituelles relèvent une mention de ce canal dans un livre de 1829 intitulé "Essai sur le système général de navigation intérieure de la France , par B. Brisson". Mais sans doute connais-tu déjà cet ouvrage.

- Titre : Essai sur le système général de navigation intérieure de la France , par B. Brisson,... suivi d'un Essai sur l'art de projeter les canaux à point de partage, par MM. Dupuis de Torcy et B. Brisson,...
Auteurs :
Brisson, Barnabé (1777-1828). Auteur du texte
Dupuis de Torcy, Pierre-Louis (1770-1803). Auteur du texte
Date d'édition : 1829
Page : 100
Lien : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6276914m

CANAUX DE LA SEPTIÈME RÉGION.

La septième région, comprise entre la Saône et le Rhône à l'est ; le canal du Midi et la Garonne au sud; la Dordogne, et la ligne de premier ordre n° 11, passant de la Dordogne à la Sioule, et de là, au canal de Charolais, au nord-ouest et au nord ; comprend les montagnes

Diverses autres navigations pourraient être ouvertes, mais elles ne paraissent pas assez importantes pour entrer dans le système général.

De l'Auvergne du Vivarais et des Cévennes, et leurs nombreux rameaux.

Les difficultés de tout genre qu'offre le pays, et surtout la raideur des pentes qui multiplierait les écluses, au point de ralentir assez la navigation pour rendre ce mode de transport peu avantageux, s'opposent à ce qu'on y établisse relativement autant de canaux que dans les régions dont nous nous sommes occupés jusqu'à présent. On devra y suppléer par d'autres voies, et particulièrement par des chemins en fer.

Quoique ce soit sortir du cadre que nous nous sommes tracé, nous indiquerons quelques unes des lignes où nous pensons qu'il conviendra de faire usage de ce nouveau moyen de transport.

Nous traiterons d'abord des canaux que nous croyons possible d'exécuter dans la partie septentrionale de la septième région, et ensuite de ceux qu'on pourrait entreprendre dans la partie située au sud-ouest.

Canal de la Saône à la Loire , par l'Azergue et le Rahins.

On peut établir une communication de Lyon à Roanne, en remontant la Saône jusqu'au-dessus de Neuville ; ouvrant ensuite un canal qui passerait au sud de Quincieux et près des Cheres ou Echelles, se rapprocherait de l'Azergue, vers Chazay, remonterait la vallée de cette petite rivière, puis le vallon du ruisseau de Saint-Just, d'où il passerait, par un souterrain de q,800 mètres, au vallon du ruisseau d'Orval; de là, il descendrait à la vallée du Rahins, qui se jette dans la Loire, près de Roanne. Le point de partage serait alimenté par des dérivations de l'Azergue, prise à la Mure, et du Rahins, pris à une demi-lieue sous Saint-Vincent. Les rigoles auraient 4o, kilomètres de longueur, et recueilleraient les eaux de dix lieues superficielles de pays. La longueur 1 du canal, depuis la Saône jusqu'au point de partage, serait de 4.2 kilomètres, avec une pente évaluée à 170 mètres, et depuis le point de partage jusqu'à la Loire, de 35 kilomètres, avec une pente présumée de 75 mètres.



Tu auras peut-être plus de chance que moi car j'ai une "erreur 500" du serveur de la BNF qui ne me permet pas de visionner correctement le livre, notamment la carte dans les dernières pages. Depuis mon changement de port, ma 4G est capricieuse :(



Il y a d'autres mentions plus récentes de ce canal du Beaujolais et je te les mets ci-dessous, je suis navré de la qualité des textes mais la version texte de ces livres n'est pas de bonne qualité, il te faudra relire les ouvrages en ligne pour corriger certains mots plus ou moins lisibles :

- Titre : Dictionnaire géographique et administratif de la France et de ses colonies. 4, L-M / publié sous la direction de Paul Joanne
Éditeur : Hachette (Paris)
Date d'édition : 1890-1905
Page : 2282
Lien : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k73392f

"fait préférer le susdit tracé à d'autres plus rapproches des centres populeux de la Bourgogne et du Lyonnais on avait étudié notamment plusieurs projetas par la vallée de l'Arroux, et un canal du Beaujolais, de Roanne Anse, par les vallées de l'Azergues et du Rltin"


Le document le plus intéressant me semble être la plaidoirie d'un opposant à ce canal, M. RICHARD de St Chamond qui donne des détails pour développer ses arguments :
-Titre : Congrès scientifique de France
Auteur : Congrès scientifique de France
Éditeur : [éd. divers] (Lieux divers)
Date d'édition : 1841-09
Page 261
Lien : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k4115891
Extrait : "LETTRE
EN RÉPONSE A LA QUESTION 17...

Chacun reconnaît la nécessité d'établir de nouveaux moyens de communication entre le bassin houiller de St-Etienne et la vallée de la Saône, et je m'empresse de vous transmettre le résultat de mes observations et des nivellements que j'ai fait exécuter de St-Étienne a la Loire et au canal de Givors.

Le perron de )')Mte)-de-ViHe de St-Ëticnne a été le point de départ de tous les nivellements; la rivière du Furens, qui traverse toute la ville, passe à côté de ce perron et va se jeter dans la Loire à Andrézieux; sa pente totale de St-Ëtienne & la Loire est de 157 mètres. Pour vous faire apprécier la différence de ni) eau qui existe entre la Loire et le Rhône, je vais vous faire connaîlre la position actuelle du canal de Givors.

Il existe 28 écluses de Givors à Rive-de-Gier, et 15 de Rivc-de-Cier à la Grand-Croix, où le canal se termine pour le moment.

Il faudrait encore 24 écluses, chacune de 4 metres 50 de chute, sur un nouveau prolongement de 200 mètres, pour amener le canal en amont de St-Chamond, dans le quartier de Lavieux et sur ce point la tête du canal serait exactement au même niveau que la Loire a l'embouchure du Furcns.

Le canal du Beaujolais aurait ainsi 64 écluses pour racheter la différence de niveau existant entre la Loire et la Saône, parce que la pente du Rhône, de Givors à Lyon étant de 8 mètres 50, et celle de la Saône, de Lyon FAzergue, de moins de 4 mètres 50, tes 12 mètres de différence de niveau qui existent entre la vallée de la Saône, près de Villefranche, et la vallée du Rhône, a Givors, supprimeraient 3 écluses du nombre trouvé de 67.

Le canal du Beaujolais aurait, en sus de ces 64 écluses, à racheter les 157 mètres de pente du Furens, qui nécessiterait encore 45 écluses, ainsi le bassin houiller de St-Étienne ne peut se mettre en communication avec la Saône que par un canal construit dans les conditions les plus difficiles et nécessitant environ 109 écluses à grandes sections.

Chaque écluse à grandes sections du prolongement du canal de Givors qui s'exécute en ce moment, revient à 56 mille francs, dans un pays ou la pierre de taille se trouve sur place.

109 écluses de 56 mille francs demanderaient une somme de plus de 6 millions en sus de la construction du canal lui-meme, dont le parcours serait de plus de 85 mille mètres.
85 mille mètres de biefs de canal, estimes au prix de revient du canal latéral a la Loire, reviendraient à plus de 14 millions.

I) est évident que le canal du Beaujolais coûterait plus de 20 millions de construction totale, et ses moyens d'alimentation ne seraient point suffisants, parce que le Furens et la Coise n'ont, pendant la sécheresse, que 8 a 10 mètres cube d'eau par minute.

Il existe un moyen bien plus simple et beaucoup moins dispendieux de mettre le bassin houiller de SLËtienne en contact avec la Saône et, pour vous faire comprendre ce moyen, je suis obligé de vous donner quelques explications accessoires.

Le Rhône a 170 mètres de pente depuis la mer jusqu'à Lyon, et le Gier 80 mètres de pente de Givors a Uhe-de-Gier total 250 mètres de différence de niveau entre ta mer et Rive-de-Gier. Une rigole d'épuisement, qui partirait de la mer et qui rachèterait la pente totale de 250 mètres, ne pourrait épuiser les eaux des mines de Rive-de-Gier, dont quelques-unes ont plus de 400 mètres de profondeur. Les extractions particulières ont été contraintes, par t'emahissementdeseaux, à se réunir sous le nom de Société de l'Union et à construire des machines d'épuisement d'une immense puissance la machine monstre d'Ëgarande est de la force de 400 chevaux.

Le bassin houillier de St-Étienne s'extrait généralement par des puits de 80 à 120 mètres de profondeur les extractions les plus profondes ont lieu a 170 mètres. Une rigole d'épuisement, qui partirait du bas de la ville de St-Chamond et qui aurait 12000 mètres de tongueur, écouterait toutes les eaux du bassin houiller de St-Ëtienne.

L'eau extraite des houillères de 120 metres de profondeur par de puissantes machines a vapeur, revient à la surface du sol à 10 centimes le mètre cube, et ajoute' aux frais généraux d'extraction une dépense de 4 centimes par hectolitre de charbon.

Une rigole d'épuisement, autorisée par i'État à percevoir ce même prix de 10 centimes le mètre cube pour l'eau écoulée, ou le prix d'abonnement de 4 centimes par hectolitre de charbon sorti et vendu à la surface, recevrait annuellement une redevance de plus de 150,000 francs.

Mais si cette rigole était construite parfaitement de niveau et d'une largeur de 3 mètres par 3 mitres 50 de hauteur, et qu'une porte d'ecluse maintint sur toute la longueur une hauteur d'eau de 1 mètre 50, alors, des bateaux contenant 20 tonnes de )ioui!ic circuleraient dans toute sa longueur et amèneraient la houille au bassin qui terminerait le canal de Givors il sufftit pour cela de prolonger le canal de 5300 mètres, de la GrandCroix en ata) de St-Chamond, et d'ouvrir une rigole d'épuisement de 12000 mètres de longueur.

Le chemin de fer de Lyon à St-Ëtienne circule :) la surface et se termine par un vaste réseau d'embranchements qui dessert le bassin houiller de St-Etienne. Le canal de Givors viendrait également se terminer à St-Ëtienne, il circulerait souterrainement à 170 mètres de profondeur et trouverait dans l'écoulement des eaux des houillères un bénéfice annuel et un puissant moyen d'alimentation.

Une rigole souterraine de 5000 mètres tient d'être exécutée par la compagnie du canal de Givors, pour amener les eaux de son réservoir de Couzon, a 5000 metres au-dessus de Hive-de-Gier cette rigole a coûte 160 francs le metre de longueur.

La rigole souterraine à construire de St-Chamond à St-Ëtienne, coûtera probablement 300 francs le mètre de longueur, soit 3,000,000 francs pour tout son parcours, et la prolongation du canat lui-même, jusqu'à St-Chamond, sur une longueur de 5300 mètres, ne demande pas une somme de plus de 2,400,000 francs. Ainsi, pour 6,000,000 de nouvelles dépenses, le canal de Givors peut parfaitement desservir le bassin houiller de St-Étienne.

Voyons maintenant les moyens de transporter les charbons de la vallée du Rhône dans la vallée de la Saône, soit de Oivors au port de Villefranche.

Le canal de Givors, qui transporte annuellement 300,000 tonnes de houille, perçoit en ce moment le prix de 7 centimes par tonne et par kilomètre; à ce même prix, le canal projeté du Beaujolais ne pourrait trouver l'intérêt de ses capitaux à 3 p. seulement de la somme dépensée. Eh bien en ce moment, la navigation sur le Rhone par bateau remorqueur, se fait au même prix de 7 centimes par tonne et par kilomètre.

Un bateau de 100 tonnes de houitte est pris u Givors et remorqué à la Quarantaine ou à la Gare de la Guilotiére (21 kilomètres), pour le prix total de 147 7 francs.

La difficulté à vaincre existe seulement dans le transport de ce même bateau, de la Quarantaine a la Gare de Vaise il faut en ce moment plus de temps et plus d'argent pour faire passer un bateau au travers de la

ville de Lyon que pour transporter ce même bateau de la gare de Vaise au port de Villefranche.

Les bateaux remorqueurs actuels ne peuvent pas opérer la traversée de la ville de Lyon,parce que le fort courant qui existe sous l'arche navigable du pont du Change ne lcur permet pas de fonctionner d'une manière utile; mais un habile mécanicien de Bive-de-Gier, M. Verpillieux, vient de résoudre le problème. Son bateau remorqueur fonctionne en ce moment et peut franchir des courants encore plus rapides.

Aujourd'hui, la difficulté n'existe plus que dans les hommes de rivières, qui, accoutumés à remorquer les bateaux à la corde, susciteront mille obstacles a ia remorque à la vapeur. Espérons que de sages mesures d'administration permettront à la compagnie du canal de Givors de faire remorquer les bateaux depuis Givors jusqu'à Vaise, ce qui peut parfaitement s'exécuter en un jour, et alors la vallée de la Saône sera approvisionnée de charbons avec plus de célérité et moins de frais que par le canal projeté du Beaujolais. La prolongation du canal de Givors et le canal souterrain de 12000 mètres ne sont pas une chimère; l'ingénieur qui a conçu cette grande et belle idée, M. Bergeron, de St-Etienne, a su faire passer ses convictions dans la tête de ses amis, et la demande en concession en a été faite au gouvernement au mois de mars dernier.

Voici maintenant quels sont les moyens d'alimentation du canal de Givors.

La miere du Gier et le réservoir de Couzon suffisent en ce moment à tous ses besoins pour un transport de
300,000 tonnes. Mais si la prolongation du canal jusqu'au bassin houiller de St-Etienne venait à doubler et à tripler cette quantité, la Loire elle-meme étant à un niveau supérieur à la rigole souterraine, pourrait y deverser les eaux nécessaires à la navigation la plus active.

Jadis les Romains ont construit un aqueduc qui, partant de St-Chamond, amenait les eaux du Gier sur le sommet de la montagne de Fourvière.

Cet aquéduc avait 65 centimètres de largeur intérieure sur 1 mètre 70 de hauteur, et le passage de l'eau a laissé des traces visibles à 80 centimètres de hauteur. Sa pente était d'un mètre par 600 mètres de longueur. Il a été reconnu par des expériences faites, qu'avec une pente semblable, la vitesse de l'eau était assez grande pour que cet aquéduc donnât passage à 30 mètres cubes d'eau par minute.

Un aqueduc souterrain de même dimension serait suffisant pour amener les eaux de la Loire dans le canal souterrain de St-Etienne. En effet, nous avons vu que le niveau de la Loire était à 157 mètres en-dessous de St-Ëticune, et comme le canal souterrain doit se construire à 170 mètres de profondeur, il y aurait 13 mètres de différence de niveau, qui permettrait d'amener beaucoup d'eau par une étroite rigole cet aqueduc souterrain, de St-Étienne à la Loire, aurait 8000 mètres de longueur et pourra coûter 1200,000 fr., soit 150 fr. le mètre de longueur; le bénéfice d'un immense tonnage permettrait d'exécuter ce trayait en plusieurs années, et de supporter une dépense aussi considérable.

Au résumé, je combats de tout mon pouvoir la création du canal du Beaujolais, et j'appelle l'attention du Congrès sur la continuation du canal de Ghors et sur les bateaux remorqueurs inventée par M. Yerpilleux, de Rive-de-Gier."




- Titre : Annales de la Société d'émulation, agriculture, lettres et arts de l'Ain
Auteur : Société d'émulation (Ain). Auteur du texte
Éditeur : Société d'émulation de l'Ain (Bourg)
Date d'édition : 1905
Page 243
Lien : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k54604356

"LALANDE ET L'ART DE L'INGENIEUR 243

Nous nous arrêterons un peu plus longtemps sur le chapitre VIII, parce qu'il renferme les canaux auxquels Lalande s'intéressait particulièrement. Il s'étend d'abord assez longuement sur le canal de Givors qui était alors en cours d'exécution et qui devait être prolongé jusqu'à la Loire sous le nom de canal du Forez, reliant les deux rivières du Gier et du Furens. Il donne ensuite quelques détails sur le canal du Beaujolais qui devait relier la Saône à la Loire en réunissant les deux rivières de l'Azergues, qui se jette dans la Saône entre Trévoux et Anse, et du Rhins, qui se jette dans la Loire à Roanne. Cette idée de joindre directement la région de Lyon au bassin de la Loire par une voie navigable n'a pas encore été réalisée; toutefois, je rappellerai qu'un travail de ce genre était compris dans le récent programme des travaux de navigation de M. Pierre Baudin, tel qu'il avait été présenté aux Chambres."

Enfin, la simple mention d'un ouvrage qui lui serait dédié :

- Titre : Société des amis des arts et des sciences de Tournus
Auteur : Société des amis des arts et des sciences de Tournus. Auteur du texte
Éditeur : [Société des amis des arts et des sciences] (Tournus)
Date d'édition : 1964
Page : 14
Lien : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k6559486g
Extrait :
"BIBLIOGRAPHIE DES ŒUVRES PUBLIÉES PAR LE DOCTEUR LAROCHE établie par M. Emile Magnien, conservateur du Musée Greuze.
- Le canal du Beaujolais, «La Phisiophile de Montceau-les-Mines », bulletin n° 3 (nouvelle série) du 1er décembre 1933."

Pour info, la biographie du docteur LAROCHE qui te permettra peut-être de retrouver ses écrits :

BIOGRAPHIE DU DOCTEUR LAROCHE

C'est à Tournus que naissait, le 8 mars 1876, le Docteur Léon Laroche. Son père était receveur des postes, marié en 1875 avec Mlle Siredey, d'une ancienne famille de propriétaires terriens.
Le Docteur Laroche commença ses études à l'école communale.
Il les poursuivit ensuite au Lycée de Mâcon, puis à la Faculté de Montpellier.../...
De ce fait, il accomplit son service militaire à Villefranche-surMer dans un bataillon de chasseurs alpins, et cet homme, pourtant très peu sportif, se plaisait à rappeler les joies éprouvées alors pendant leurs séjours en montagne.
Ses études terminées, dès 1901, le Docteur Laroche s'installe à Montceau-les-Mines où il reprend le cabinet que lui laissait le Docteur Siredey, son oncle.
Il y fut un des rares médecins exerçant en clientèle libre, sans aucune dépendance vis-à-vis de l'Administration minière.
En mai 1909 était célébré son mariage avec Mlle Perret Berthe, fille et sœur de négociants mâconnais.
En 1924, celui que la Société montcellienne « La Physiophile » devait appeler le « Premier Historien de notre Cité », publiait un ouvrage intitulé : Montceau-les-Mines, quelques aperçus sur l'histoire de la ville et de son exploitation houillère, début d'une longue suite de travaux qui devaient, de 1928 à 1952, paraître dans la revue de cette même Physiophile.
Le Docteur, lié d'amitié avec un grand brave homme, ancien mineur, feu le Sénateur Jean Bouvery, s'intéressait beaucoup à la vie sociale, économique, politique de sa cité ; il faisait partie de nombreuses sociétés, simple membre et souvent président.
Un lustre à peine se passe : dès 1925, fatigué, menacé d'une affection grave dont, fort heureusement, par la suite le fâcheux pronostic ne se confirma pas, le Docteur Laroche abandonnait la médecine et se retirait à Lyon, rue Pierre-Corneille.
Il devait y partager son temps entre quelques parties de bridge et ses chères recherches sur la petite histoire de toute notre région.
Confortablement installé dans une vie toute de quiétude, coupée de quelques voyages en Afrique du Nord ; l'hiver en ville, dès le printemps jusqu'aux premiers froids à la campagne, au Villars ; dans une petite villa proche de la Saône, il consacre à l'Académie de Mâcon dont il est membre titulaire, à la Société des Amis des Arts de Tournus qu'il préside, à ses recherches toujours plus avides, qui lui demandent de fréquents séjours à Mâcon, dans la famille de sa femme, tout le temps qu'il peut dérober aux soins de son jardin.
Cette période heureuse devait hélas prendre fin dès 1953, où Mme Laroche subissait en début d'année une grave opération et décédait dix mois plus tard après une longue et douloureuse agonie.
Et c'est alors la solitude, de plus en plus pesante, à mesure que disparaissent un à un ses vieux amis.
.../...
Depuis longtemps résigné, sans révolte, refusant de savoir pour se soigner, le Docteur Laroche s'éteignait le 25 février 1964 après une agonie de quelques jours.

Voilà, voilà :)

...

_________________
La bêtise, c'est comme la mort, c'est pour les autres que c'est difficile ! :)
Blog : http://dreamonnarrowboat.blogspot.com/
Photos : https://www.instagram.com/nb.dream.on/


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 19 Sep 2017, 00:10 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 19 Mar 2009, 02:53
Messages: 2191
Localisation: Mably (canal de Roanne à Digoin)
Waow !! Que de recherches ! Je te remercie vivement. Je suis en train de télécharger les livres dont tu as mis le lien Gallica, ce sera riche d'enseignements.
Tu as été surpris par l'orthographe Rahins. Bien que je ne l'aie jamais rencontrée, je n'en suis pas plus surpris que ça : cette rivière, encore actuellement, porte deux noms, ou du moins le même nom sous deux orthographes différentes : Reins dans sa partie amont, et Rhins dans sa partie aval (navigable en kayak. Je l'ai parcouru il y a quelques années avec mon fils). Son orthographe change quelque part entre Cublize et Amplepuis.
On voit bien la concurrence qui s'est établie entre le canal de Givors, déjà construit jusqu'à Rive-de-Gier et en train d'être prolongé jusqu'à Grand-Croix, et ce projet de canal du Beaujolais, nettement plus au nord. J'ai déjà rencontré certains noms lors de mes recherches, comme ce Baudin qui est en fait l'auteur d'un nouveau plan de modernisation des voies navigables au début du XXe siècle, après Becquey en 1821 et Freycinet en 1879. Le plan Baudin ne sera que très partiellement réalisé (le canal du Nord en fait partie).
Barnabé Brisson (1777-1828) n'est bien sûr pas un inconnu non plus, il est l'auteur de pas mal de projets de canaux au début du XIXe siècle.
Je suis au courant du projet de canal souterrain de Saint-Chamond à Saint-Etienne. Il y eut beaucoup de projet Loire-Rhône par Saint-Etienne, et le Bergeron mentionné est l'auteur de l'un d'eux, en 1840. Il a laissé un mémoire dont un exemplaire est conservé à la Médiathèque de Roanne. Je l'ai entièrement photographié, il est très intéressant.
L'aqueduc romain dont il est question est l'aqueduc du Gier. Il en reste de nombreux vestiges bien visibles. C'est un ouvrage remarquable pour l'époque.
Ce qui m'étonne, ce sont quelques mesures d'altitudes. Faut que je vérifie.
J'ai cherché sur Géoportail et ai trouvé un lieu-dit Orval, sur le versant du Reins, où coule un petit affluent du Reins (il conflue en lui dans le lac des Sapins) et de l'autre côté le "ruisseau de St-Just" serait alors le ruisseau d'Avray qui coule en contrebas de Saint-Just d'Avray. Le bief de partage serait alors au niveau du Col de la Croix des Fourches, lui-même à 776 m !! Même avec une voûte de 800 m, faut avoir le moral pour faire passer un canal par là !
D'après les indications que j'avais trouvées, je pensais ce bief de partage sous le col de la Cambuze, à 4 km au nord, et nettement plus bas (708 m "seulement").
Bref, cela veut dire que ce projet a tout de même été étudié assez sérieusement !

À suivre donc...
Merci encore !

_________________
Certains requins m'ont dit
"On va pas te manger.
Mais travaille ton crawl,
Ce sera plus prudent !"
Splaouch !


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 19 Sep 2017, 08:28 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 05 Sep 2017, 12:44
Messages: 18
Localisation: 69 Albigny sur Saône
Blue_Berry a écrit:
Merci Momo. Donc si je sèche sur le canal d'Ille et Rance je ferai appel à tes souvenirs. Mais tu peux d'ores et déjà aller voir là : http://projetbabel.org/fluvial/rica_ille-rance-canal.htm et me faire part de tes remarques, compléments d'information et corrections éventuelles.

Mon appel à doc sur le canal du Beaujolais (rien que le nom fait rêver :grin: ) reste valable.


Je t'apporterai toutes informations que je connais sur le canal de mon enfance. ;-)
À Hédé, il existe un petit musée, La maison du canal ou l'on peut trouver une multitudes d'informations sur ce canal, construit sous Napoléon pour contourner le blocus des côtes de la manche par les Anglais.

Sur le document que tu as joint, je connais très bien Le bief de Tanouarn, (je suis né dans une ferme située sur son bord), les onze écluses (mes parents ont des terres près de La Magdeleine). Le fleurissement de l'écluse de Villemorin, située sur la commune de Guipel est effectuée par ma cousine, qui a en charge l'entretien municipal des espaces verts.

Mon père a passé son enfance tout près du canal, sur la ferme du Camp, Là où se trouvaient les bâtiments des ingénieurs ainsi que ceux des prisonniers espagnols lors de la construction du canal.

Dès que je retourne là-bas, je ferai une série de photos de l'état actuel.

_________________
Retraité, je n'ai pas le temps, mais je prends le temps... :grin:


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 19 Sep 2017, 08:33 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 19 Juin 2012, 18:55
Messages: 444
Localisation: Cergy (95)
A ton service ;)

Pour ce qui est des chiffres, oui, il faut se méfier : cela peut venir du logiciel de reconnaissance de caractères qui fait des erreurs avec certaines lettres ou certains chiffres. A vérifier en relisant l'original du livre.

Et puis nous touchons aussi un autre problème : il s'agit de la plaidoirie d'un opposant au projet alors en matière de chiffres, si c'était déjà comme maintenant, tout est possible :D

_________________
La bêtise, c'est comme la mort, c'est pour les autres que c'est difficile ! :)
Blog : http://dreamonnarrowboat.blogspot.com/
Photos : https://www.instagram.com/nb.dream.on/


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 19 Sep 2017, 15:57 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 19 Mar 2009, 02:53
Messages: 2191
Localisation: Mably (canal de Roanne à Digoin)
Merci Momo, je suis preneur de toute doc concernant tout canal, donc l'Ille-et-Rance !

Dream On, j'avais déjà le bouquin de Brisson dans ma doc, et j'ai vérifié : la reconnaissance de caractères n'est pas pour grand chose dans les erreurs d'altitude. C'est Brisson qui se leurre. J'ai mis à jour la page, et fait une carte du bief de partage qu'il proposait : http://projetbabel.org/fluvial/rica_centre-canal.htm#canalLyon

Pour l'opposant au projet, il faut bien reconnaître que le projet "canal de Givors à la Loire" était plus facile à réaliser, malgré le sous-sol stéphanois percé de partout par les mines...

_________________
Certains requins m'ont dit
"On va pas te manger.
Mais travaille ton crawl,
Ce sera plus prudent !"
Splaouch !


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 19 Sep 2017, 19:28 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 19 Juin 2012, 18:55
Messages: 444
Localisation: Cergy (95)
La carte supplémentaire donne une bonne idée de ce que ce canal aurait pu être :)
Je regarderai si je trouve autre chose à son sujet ;)

_________________
La bêtise, c'est comme la mort, c'est pour les autres que c'est difficile ! :)
Blog : http://dreamonnarrowboat.blogspot.com/
Photos : https://www.instagram.com/nb.dream.on/


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
MessagePosté: 19 Sep 2017, 20:12 
Hors ligne
Avatar de l’utilisateur

Enregistré le: 19 Mar 2009, 02:53
Messages: 2191
Localisation: Mably (canal de Roanne à Digoin)
Oui. Et quand on connaît les lieux, on réalise à quel point ce projet était utopique !

_________________
Certains requins m'ont dit
"On va pas te manger.
Mais travaille ton crawl,
Ce sera plus prudent !"
Splaouch !


Haut
 Profil  
Répondre en citant le message  
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Poster un nouveau sujet Répondre au sujet  [ 11 messages ] 

Heures au format UTC + 1 heure [ Heure d’été ]


Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : rvpe38 et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas modifier vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages
Vous ne pouvez pas joindre des fichiers

Rechercher:
Aller à:  
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group

carte

Aqua Gps Mail Fluvialnet.com adhf-f.org
Powered by phpBB® Forum Software © phpBB Group
Traduit par phpBB-fr.com